Rénovation du chauffage

Quelles sont les solutions les plus compétitives?

L’association Coénove1 a récemment conduit une analyse économique de 15 solutions de rénovation du chauffage visant à atteindre les objectifs d’efficacité énergétique dans le parc de logements existants.

«Le chauffage représente encore les trois quarts des émissions de CO2 du parc de logements» explique Bernard Aulagne, Président de Coénove. «Le rythme des rénovations étant encore très insuffisant pour atteindre les objectifs de la transition énergétique, il est important de montrer au consommateur qu’il existe des solutions économiques, faiblement émettrice de CO2 et immédiatement disponibles ».

Dans le cadre de l’étude menée par Coénove, les solutions de rénovation ont été évaluées, d’une part en coût d’investissement la première année, d’autre part en coût global annualisé sur 15 ans. Elles ont été étudiées sur la base d’une maison individuelle de 100 m² construite avant 1975 (voir encadré Méthodologie) dont les besoins annuels de chauffage et d’eau chaude sanitaire sont évalués à 20 000 kWh. Elles ont été évaluées avec et sans changement des radiateurs, cette dernière opération étant optionnelle dans une rénovation. À noter que les solutions gaz sont disponibles sur l’ensemble du territoire.

Différentes analyses ont conduit à la mise en forme des graphiques ci-dessous. Un premier graphe dresse le podium des coûts de remplacement du système de chauffage et d’eau chaude sanitaire sans changement de radiateurs (mais avec CITE).

Les résultats montrent que l’énergie gaz et la chaudière à haute performance (chaudière à condensation dont le rendement est supérieur à 90 %) représentent la solution la plus compétitive, de l’ordre de 1500 € par an en coût global sur 15 ans.

 

g30-vdp-9

Méthodologie de l’étude

Logement type
• Maison individuelle de 100 m2, construite avant 1975, située en zone H1
– Besoins chauffage + ECS : 20000 kWh/an
– Radiateurs en place : HT

• Calculs en coût global intégrant : investissement, énergie chauffage + ECS, abonnements, entretien

• Prise en compte du CITE (Crédit d’Impôt Transition Énergétique)

Prix des énergies

• Gaz et électricité : base Pégase au 01/09/2015
• Fioul : 0,7 €/l
• Granulés sac : 296 €/t
Présentation des résultats
• Classement des solutions par coût d’investissement
• Classement en coût global annualisé sur 15 ans
1. Actualisation : 8 %
2. Inflation : 2 %
3. Bois, Électricité et Gaz Naturel : + 4 % par an
4. Fioul : + 5 % par an

 

 

Les 15 solutions étudiées

  • Convecteurs + CET : convecteurs effet joule à inertie + chauffe eau thermodynamique.
  • Poêle granulés + convecteurs : poêle à bois granulés (le bois représente 25 % des besoins de chauffage) + EJ inertie.
  • Chaudière granulés : chaudière à bois à granulés pour le chauffage et l’eau chaude.
  • Condensation gaz : chaudière à haute performance au gaz naturel (condensation dont le rendement > 90 %) pour le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire.
  • Condensation gaz + CESI : chaudière à haute performance au gaz naturel pour le chauffage, couplée à un chauffe-eau solaire optimisé individuel.
  • Condensation fioul : chaudière à haute performance au fioul (condensation dont le rendement > 90 %) pour le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire.
  • Hybride : chaudière hybride pour le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire (chaudière à haute performance couplée à une pompe à chaleur électrique de 5 kW).
  • Micro- cogénération : chaudière à haute performance gaz naturel pour le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire, couplée à un moteur Stirling de production d’électricité.
  • PAC A/E double service + changement 50 % radiateurs BT : pompe à chaleur (air/eau) basse température avec production d’eau chaude sanitaire + changement d’un radiateur sur deux par des radiateurs basse température.
  • PAC A/E double service + changement 100 % radiateurs BT.
  • Condensation gaz + radiateurs BT.
  • Condensation gaz + radiateurs BT + CESI optimisé.
  • Hybride + radiateurs BT.
  • Condensation fioul + radiateurs BT.
  • Micro-cogénération + radiateurs BT.

 

En rentrant plus dans le détail des solutions, le graphe ci-contre peut être présenté.

On observe notamment que dans la perspective de contribuer au développement des énergies renouvelables (ENR), le meilleur couplage en coût global est l’association chaudière à haute performance – solaire thermique, suivi de la chaudière hybride et de la Pompe à Chaleur Air/Eau basse température (intégrant toutefois un changement partiel des radiateurs).

Il faut aussi noter que les principales solutions présentent un coût d’exploitation du même ordre de grandeur, excepté celui de la solution « convecteurs électriques + chauffe-eau thermodynamique » qui est deux fois plus important.

 

g30-vdp-10

 

g30-vdp-11

Si l’on dresse le podium des solutions les plus fréquemment installées en rénovation, on retrouve la chaudière condensation gaz, les convecteurs accompagnés d’un chauffe-eau thermodynamique et enfin la pompe à chaleur Air/Eau avec changement de 50% des radiateurs basse température. En comparant les coûts d’investissement, d’abonnementmaintenance et d’énergie, en partant d’une base 100 pour la solution de la chaudière à condensation gaz, celle-ci est de nouveau la plus compétitive.

L’étude menée par Coénove est disponible dans son intégralité depuis l’adresse :
http://www.coenove.fr/sites/default/files/etude_coenove_competitivite_des_solutions_ de_renovation_energetique.pdf

En complément de cette étude, un miniguide sur le palmarès des solutions les plus économiques vient d’être édité.
Il s’adresse notamment aux propriétaires qui souhaitent moderniser leur système de chauffage et d’eau chaude sanitaire.

«Nous avons voulu, par ce guide, rendre accessible aux ménages et aux professionnels les résultats de l’étude que nous avons publiée en début d’année. Des solutions de rénovation à coût maitrisé existent, il est du rôle de notre Association de les faire connaître. » témoigne Bernard Aulagne, Président de l’Association Coénove.

Pour consulter et télécharger ce miniguide :
http://www.coenove.fr/sites/default/files/etude_coenove_chauffage_palmares_des_solutions_de_renovation_les_plus_competitives.pdf

 

Le gaz se positionne comme l’énergie la plus compétitive et la chaudière à condensation est la solution qui présente l’optimum économique en coût global annualisé sur 15 ans.

 

S’il fallait retenir 3 messages de ces outils, il serait les suivants :

• le gaz se positionne comme l’énergie la plus compétitive et la chaudière à condensation est la solution qui présente l’optimum économique en coût global annualisé sur 15 ans ;

• les principales solutions présentent un coût d’exploitation du même ordre de grandeur, excepté celui de la solution convecteurs + chauffe-eau thermique qui est 2 fois plus important ;

• toujours en coût global, le meilleur couplage avec les énergies renouvelables est l’association chaudière à condensation – solaire thermique, suivi de la chaudière hybride et de la Pompe à Chaleur Air/Eau.

Plus largement, rappelons que la modernisation du système de chauffage, couplée à l’isolation des combles, constitue la meilleure alternative technique (nombre de tonnes de CO2 évitées) et économique (coût de la tonne de CO2 évitée) pour réduire les émissions de gaz à effet de serre du parc résidentiel (avis
Ademe 2014).

Dans ce cadre, une trajectoire fondée sur le recours à la technologie haute performance (pour 40 % du parc) aboutit à une économie de 17 à 18 millions de tonnes de CO2 en 2030, soit 80 % de l’objectif à atteindre. Cette option s’appuie sur une technologie simple et sans rupture, immédiatement disponible, sans surcoût pour la collectivité et abordable pour le consommateur.