Prix et compétitivité du gaz naturel, des économies à la clé !

Le prix du gaz naturel a subi de nombreuses évolutions ces dernières années, tant dans sa composition qu’en valeur, celle-ci étant plutôt orientée à la baisse pour le bénéfice des consommateurs raccordés au réseau de distribution. Quelques repères pour vous y retrouver et répondre aux questions les plus fréquentes…

Une énergie à quel prix ?

graph1

Depuis l’ouverture complète des marchés du gaz et de l’électricité en France au 1er juillet 2007, les particuliers peuvent choisir librement leur fournisseur d’énergie. Différents types d’offres tarifaires sont disponibles :

  • les tarifs réglementés, fixés par les pouvoirs publics et appliqués uniquement par les fournisseurs historiques: EDF pour l’électricité, Engie (ex-GDF Suez) pour le gaz naturel ;
  • les offres de marché, disponibles auprès de l’ensemble des fournisseurs, y compris historiques, avec des prix fixés librement et contractuellement. En pratique, 2 types d’offres ont été largement développés: les offres de marché à prix fixe sur une période contractuelle (1, 2 ou 3 ans) et les offres de marché à prix indexé sur les tarifs réglementés.

L’ensemble des tarifs comporte une part fixe (l’abonnement) qui dépend du niveau de consommation de gaz et une part variable, le prix du kWh. Aussi est il important d’intégrer ces deux composantes pour bien comparer les offres disponibles en calculant une facture globale pour une consommation donnée.

Sur cette base, une simulation effectuée le 20 mai 2015 sur le comparateur d’offre du site energie.fr (voir encadré et graphique ci-dessous) met en évidence 21 offres disponibles auprès de 8 fournisseurs, avec des écarts de prix allant de –9% (soit une centaine d’euros d’économies) à +6% autour d’une facture annuelle au tarif réglementé.

Depuis l’ouverture complète des marchés du gaz et de l’électricité en France au 1er juillet 2007, les particuliers peuvent choisir librement leur fournisseur d’énergie.

Depuis près de 3 ans, le prix du gaz naturel connait une orientation géné- rale à la baisse. Il est vrai que la fixation des tarifs réglementés a connu plusieurs évolutions, à commencer par une révision aujourd’hui mensuelle de la grille tarifaire, limitant les fluctuations brutales. Par ailleurs, la formule de calcul intègre désormais une part d’indexation sur les prix de marché de gros du gaz(1) à hauteur de 60 %, l’indexation « historique » sur le prix des produits pétroliers ayant été réduite à 40 %. Cette indexation porte sur l’évolution des indices pétroliers au cours des 8 mois précédant le mois du mouvement tarifaire. La chute du prix du baril observée ces derniers mois bénéficie donc actuellement aux consommateurs de gaz naturel.
(1) Pour suivre et anticiper l’évolution des principaux indices du marché de gros du gaz retenus dans la formule de calcul fixant les évolutions des tarifs réglementés, la Commission de Régulation de l’Énergie publie chaque mois un bulletin d’information sur son site internet. www.cre.fr

Pour en savoir plus et comparer les offres des fournisseurs de gaz naturel, consultez le site www.energie-info.fr, mis en ligne par le Médiateur National de l’Énergie en lien avec les pouvoirs publics.

En Europe, comment se situe le prix du gaz en France par rapport à celui pratiqué chez nos voisins européens ?

Légèrement au dessus de la moyenne des pays de l’Union Européenne en euros TTC (mais en dessous de la moyenne de la zone Euro), le prix moyen du gaz naturel aux consommateurs domestiques français calculé à parité de pouvoir d’achat (pour s’affranchir des écarts de niveaux de vie entre pays) figurait selon les dernières données disponibles (2013) parmi les plus bas d’Europe.

graph2

Fin des tarifs réglementés pour les consommateurs professionnels

Depuis 2014, les tarifs réglementés de vente de gaz naturel sont progressivement supprimés pour certains consommateurs raccordés au réseau de distribution : les professionnels consommant plus de 30 MWh/an, les acheteurs publics (établissements scolaires, hôpitaux, bâtiments administratifs…) et les syndicats de copropriété ou propriétaires uniques d’immeubles d’habitation consommant plus de 200 MWh/an (niveau abaissé à 150 MWh/an à compter du 1er janvier 2016). Le 31 décembre 2015, les tarifs réglementés de gaz (et d’électricité) auront complètement disparu pour ces catégories de consommateurs appelés à conclure le cas échéant un nouveau contrat à prix de marché avec le fournisseur de leur choix.

graphs

En France, comment se situe le prix du gaz par rapport aux autres énergies de chauffage ?

Dans un contexte général orienté à la hausse depuis 10 ans pour l’ensemble des énergies, le prix du gaz naturel demeure très avantageux. En moyenne sur l’année 2014 comme en avril 2015, le prix complet du gaz naturel s’établit à 7,2 c1/kWh (abonnement inclus au tarif réglementé), soit jusqu’à 2 fois moins que les énergies les plus chères. Année après année, sa compétitivité en fait un choix gagnant dans la durée.

Traduite en facture annuelle pour le chauffage et l’eau sanitaire, la compétitivité du gaz naturel s’illustre par des économies pouvant dépasser 1 000 1 par an par rapport à d’autres choix énergétiques. Cette facture moyenne annuelle est aujourd’hui à un niveau comparable à celui d’il y a 3 ans (graphique ci-dessus).

Un baromètre du prix des énergies à portée de main

Afin d’apporter plus de visibilité sur les mouvements tarifaires et le positionnement prix des principales énergies de chauffage, GrDF a mis en ligne un « baromètre des énergies » en résidentiel. www.grdf.fr

Cet utilitaire, qui exploite les données de prix mensuels publiés sur la base Pégase du Service de l’Observation et des Statistiques du ministère de l’Énergie permet de visualiser de façon dynamique les évolutions des prix depuis 2007, pour des énergies de chauffage individuel ou collectif. Les prix sont actualisés au fur et à mesure des mises à jour de la base Pégase.

Retrouvez la version mobile du baromètre avec l’application EstimOgaz téléchargeable sur Appstore et Google Play.