La ventilation des locaux contenant des appareils à gaz

L’alimentation en air est indispensable au bon fonctionnement des appareils à gaz.

Les conditions relatives à la ventilation d’un local comprenant un appareil à gaz sont spécifiées dans l’article 15 de l’arrêté du 2 août 1977 modifié ainsi que dans les chapitres 9 et 10 de la partie 5 du NF DTU 61.1.

Nous traitons dans cet article le cas des appareils à circuit non étanche, les appareils à circuit étanche pouvant être installés dans tous les locaux.

Avant la mise en place dans un logement d’un appareil d’utilisation du gaz à circuit de combustion non étanche, que ces appareils soient raccordés ou non, il convient d’étudier les possibilités:

  • de sortie d’air pour permettre l’évacuation de l’air vicié par les produits de combustion des appareils non raccordés ;
  • d’amenée d’air frais nécessaire à la combustion, en cohérence avec le mode de ventilation du logement.

Les locaux contenant des appareils d’utilisation du gaz à circuit de combustion non étanche, que ces appareils soient raccordés ou non, doivent être pourvus d’une amenée d’air permanente. Elle peut s’effectuer de deux façons distinctes :

  • amenée d’air directe : l’air prélevé dans l’atmosphère extérieure pénètre directement dans le local où se trouve l’appareil ;
  • amenée d’air indirecte : l’air prélevé dans l’atmosphère extérieure pénètre tout d’abord dans un ou des locaux ne contenant pas les appareils d’utilisation.

Local avec amenée d’air indirecte

C’est le cas notamment des pièces de service des logements comportant un système de ventilation générale et permanente, répondant aux dispositions de l’arrêté du 22 octobre 1969 ou de l’arrêté du 24 mars 1982 relatifs à l’aération des logements.

L’amenée d’air indirecte doit satisfaire aux dispositions suivantes :

  • l’air extérieur pénètre dans un ou plusieurs locaux contigus au local à alimenter, ou séparés de celui-ci par un dégagement (entrée ou couloir) et/ou par une seule pièce ;
  • l’air extérieur transite de ces locaux vers le local à alimenter par des passages permanents, spécialement prévus à cet effet. L’air ne doit pas transiter par un cabinet d’aisance, par un autre logement ou par une partie commune de l’immeuble.

Une amenée d’air indirecte répondant aux dispositions de l’arrêté du 22 octobre 1969 ou de l’arrêté du 24 mars 1982 relatifs à l’aération des logements est réputée satisfaire à l’introduction de l’air nécessaire aux appareils d’utilisation de gaz sous réserve que les débits d’air soient compatibles avec la puissance de ces appareils (voir paragraphe sur les dimensions des amenées d’air).

L’introduction de l’air se fait dans les conditions suivantes :

  • la somme des sections libres des passages à travers les parois et de leurs orifices terminaux, situés dans la même pièce ou dans des locaux différents, est donnée par les tableaux 1 et 2 (voir page 31);
  • les passages de transit permettent à l’air de circuler des pièces principales vers les pièces de service. Ils sont réalisés par :
    – détalonnage des portes (2 cm pour la porte de la pièce où est situé l’appareil à gaz et 1 cm pour les autres portes intérieures du logement) à condition qu’il n’affaiblisse pas la solidité de cette dernière ;
    – rehaussement des huisseries de porte de manière à ménager un passage d’air en partie basse de l’ouvrant;
    – utilisation d’une grille de transfert ;
    – utilisation de blocs-portes présentant, de conception, des passages d’air sur leur périphérie.

Local avec amenée d’air directe

C’est le cas notamment des pièces de service des logements ventilés par pièces séparées (cuisine, salle de bains, buanderie etc.), des dépendances (garage, remise, etc.) et des pièces principales des bâtiments comportant un système de ventilation générale et permanente, répondant aux dispositions de l’arrêté du 22 octobre 1969 ou de l’arrêté du 24 mars 1982 relatifs à l’aération des logements.

L’amenée d’air directe peut s’effectuer par un ou plusieurs orifices aménagés sur une ou plusieurs parois extérieures du local. La somme des sections libres des divers orifices est au moins égale à la section libre prescrite pour un orifice unique. Lorsque l’une ou l’autre des extrémités de passage au travers des parois extérieures est équipée d’une grille ou d’un déflecteur, la section libre doit être au moins égale à celle prescrite pour l’orifice correspondant. Ainsi, la section libre d’une grille est la section réelle de passage d’air.

Tout orifice, intérieur ou extérieur, d’amenée d’air doit être disposé de manière à ne pouvoir être obstrué par aucun élément mobile de construction (trappes, volets pleins, vantaux de portes, fenêtres, etc.).

Pour les pièces de services et les dépendances, l’amenée d’air doit s’effectuer en partie basse du local. Des dispositions complémentaires s’appliquent pour l’implantation d’appareils non raccordés (voir ci-après).

L’amenée d’air directe peut également se faire par un conduit individuel ou collectif. Les orifices des conduits sont soumis aux mêmes dispositions que ceux des passages à travers les parois extérieures. Un conduit individuel peut être horizontal, ascendant ou descendant et comporter des tronçons verticaux, horizontaux ou obliques. Les raccordements entre deux tronçons ou parties de tronçons d’axes différents doivent être réalisés sans étranglement ni arête vive. Ils peuvent être réalisés par des coudes brisés ou à courbure continue. L’angle formé par deux tronçons ou parties de tronçons successifs d’axes différents doit être supérieur ou égal à 90°.

La longueur développée des éléments horizontaux doit être aussi courte que possible.

De plus, l’emploi d’un conduit individuel descendant n’est admis que si le local desservi comporte l’une des quatre dispositions suivantes :

  • un dispositif d’extraction mécanique, conjointe ou non, de l’air vicié et des produits de combustion ;
  • un conduit d’évacuation des produits de combustion à tirage naturel, auquel est raccordé un appareil d’utilisation du gaz ;
  • un conduit d’évacuation d’air vicié, à tirage naturel ;
  • dans les immeubles existants uniquement, un orifice de sortie d’air directe sur l’extérieur placé à un niveau supérieur à la prise d’air extérieure du conduit descendant.

Le conduit individuel descendant peut comporter un tronçon vertical ou oblique. La prise d’air est située :

  • soit à travers un mur de façade auquel le conduit est obligatoirement accolé ;
  • soit en toiture.

De plus, lorsque le système d’évacuation de l’air vicié et/ou des produits de combustion est à tirage naturel :

  • la hauteur du tronçon vertical du conduit individuel d’amenée d’air est limitée à celle de la hauteur d’un étage. Cette hauteur peut être portée à deux niveaux si le local comporte un appareil à gaz raccordé à un conduit vertical d’évacuation débouchant en toiture (en cas d’extraction mécanique, cette hauteur n’est pas limitée mais doit être compatible avec les performances de l’extracteur);
  • la hauteur peut être majorée de la hauteur de la prise d’air en toiture (traversée d’un comble, …) ;
    – soit à un niveau inférieur à celui du débouché du conduit d’évacuation des produits de combustion et/ou de l’air vicié du local (voir figure 1) ;
    – soit dans une zone éloignée du débouché du conduit d’évacuation des produits de combustion et/ou de l’air vicié par les produits de combustion du local;
  • un seul parcours horizontal est autorisé en pied de conduit descendant pour alimenter en air le local.

 

fig1

 

Les conduits collectifs (de type shunt) sont obligatoirement ascendants et ne doivent pas comporter de tronçon horizontal de sortie. Ils sont réservés à la desserte de logements superposés.

Le conduit collectif est vertical et est alimenté en air, à sa base, par un ou plusieurs conduits horizontaux débouchant sur deux façades distinctes, opposées ou perpendiculaires.

Le conduit collecteur est obturé en partie haute.

Implantation d’un appareil gaz non raccordé

Les locaux comportant un appareil non raccordé doivent avoir une sortie d’air déterminée en fonction des caractéristiques de l’appareil et réalisée :

  • soit par une bouche d’extraction de ventilation mécanique contrôlée ou tout autre dispositif équivalent ;
  • soit par un ou plusieurs orifices disposés à la base d’un conduit en tirage naturel, individuel ou collectif, et vertical (figure 2). Ce conduit est prévu pour cet usage unique et est situé à une hauteur supérieure ou égale à 1,80 m du sol fini. Sa section libre de passage est de 100 cm² minimum ;
  • soit par la prise d’air du coupe-tirage d’un appareil raccordé (figure 3) à condition que la partie supérieure de l’entrée du coupe-tirage soit située à 1,80 mètre au moins au-dessus du sol.

fig2et3

Dans le cas des bâtiments non soumis aux dispositions des arrêtés du 22 octobre 1969 ou du 24 mars 1982 modifiés et relatifs à l’aération des logements, la sortie d’air peut se faire dans une paroi extérieure. Dans ce cas, l’amenée d’air est nécessairement directe. Elle est alors disposée de manière à ne pouvoir être obstrué par aucun élément mobile de construction (trappes, volets, vantaux, fenêtres, etc.) en partie basse du local. La distance entre le bord supérieur du ou des orifices d’entrée d’air et le niveau du sol fini du local ne doit alors pas dépasser 30 cm. En cas d’impossibilité, Il peut cependant être admis de placer la partie supérieure de l’orifice de l’amenée d’air à un niveau maximal de 1,50 m du sol fini du local, sous réserve que la distance entre la partie supérieure de l’orifice d’amenée d’air et la partie supérieure de l’orifice de sortie d’air soit d’au moins 1,50 m (voir figure 4).

fig4et5

 

Implantation d’un appareil gaz raccordé

Un appareil de type B est raccordé à un conduit de fumées. Le local doit donc comporter une amenée d’air directe ou indirecte (voir figure 5).

Elle peut être réalisée par un conduit montant, horizontal ou descendant. La sortie d’air n’est pas nécessaire pour ce seul appareil.

Dans le cas où le logement est ventilé par une installation de VMC ou tout autre système mécanique, les conduits de fumées fonctionnant à tirage naturel doivent être tels que la dépression créée dans le logement par l’évacuation mécanique de l’air ne puisse pas entraîner d’inversion de tirage. En pratique cette solution est à déconseiller. Il est alors possible de réaliser une installation de VMC Gaz.

Dimension des amenées d’air

Dans le cas des bâtiments soumis aux dispositions des arrêtés du 22 octobre 1969 ou du 24 mars 1982 modifiés et relatifs à l’aération des logements, l’alimentation en air des appareils à gaz non étanche est assurée sous réserve que :

  • la ventilation soit compatible avec les besoins en alimentation en air, nécessaires au bon fonctionnement des appareils ;
  • la somme M des modules des entrées d’air correspond aux valeurs du tableau 1 ci-dessous:
    t G22

Dans le cas des bâtiments non soumis aux dispositions des arrêtés du 22 octobre 1969 ou du 24 mars 1982 modifiés et relatifs à l’aération des logements, les spécifications à respecter, soit en termes de section libre de passage S, soit en termes de la somme M des modules des entrées d’air sont données dans le tableau 2 ci-dessous:

t2 G22